Bonjour AllianceMagicienne & AllianceMagicien,

(en bleu, des liens de renvois explicatifs dans le texte)

La rumeur court depuis plusieurs années (2013 pour être exacte) : les encens et les bougies devraient être interdits  en 2020 ! 
En réalité, derrière cette phrase simple se cache un problème complexe. A la fois de santé publique et de politique, par delà la question de la pratique spirituelle, religieuse et magique.

Reprenons l’histoire de la rumeur, jusqu’aux faits :

En octobre 2013, le ministère de la santé lance un plan « Qualité de l’air intérieur ». L’objectif ? Réduire le niveau de pollution de nos maisons et appartements, qui sont souvent bien supérieurs aux niveaux que l’on peut retrouver en pleine rue ! Un fait trop souvent négligé par les particuliers, qui oublient la plupart du temps qu’ouvrir 10 minutes par jour leur fenêtre permet d’éviter une accumulation des molécules polluantes dans nos foyers.
Et dans cette quête de l’amélioration de la qualité de nos vies personnelles, le gouvernement a décidé de s’attaquer aux polluants les plus courants (aéorosols, peintures…) mais aussi bougies & encens. Pourquoi ? Parce que certains contiennent des produits toxiques, dont un, le benzène en particulier.

« Les produits les plus polluants, par exemple les encens qui émettent plus de 2 µg/m3 de benzène, seront interdits. »

Benzène ? Kesacko ? Un produit cancérigène et méchamment toxique pour l’humain. Je vous laisse admirer sa fiche technique sur le site de l’INRS. Ce n’est pas le seul en cause, on peut ajouter aussi le formaldéhyde, souvent présent dans les encens artificiels.

Mais voilà, tout ça, c’était en 2013, que s’est-il passé depuis ? Pour que soit actée cette volonté, un cadre légal, puis un décret doivent être posés. Et côté décret, jusqu’à présent -c’est-à-dire en 2016 pour la dernière action du précédent gouvernement- c’est plutôt le néant total.

« au vu du projet de décret actuellement en consultation, on peut dire que la montagne accouche d’une souris. Les fabricants de produits polluants ont de quoi se réjouir. Consacré aux produits désodorisants à combustion, c’est-à-dire aux encens, bougies, papier d’Arménie, brûle-parfums… le texte présenté par le ministère de l’Écologie se contente d’exiger que les emballages de tous ces produits portent les mentions « ventiler la pièce après utilisation » et « éviter d’inhaler directement la fumée ».  » Encens & bougies, UFC Que Choisir – avril 2016

Ok, alors comment je fais pour m’assurer que mes bougies et mes encens sont sans benzène et formaldéhyde pour limiter les polluants intérieurs ?
1. Ne pas choisir de bougies parfumées (parfums non-naturels entre autre) et colorées, ni d’encens qui ne sont pas en résines naturelles.
2. Essayez de privilégier les labels « écocert » par exemple, même s’ils ne proposent aucune garantie sur les émissions toxiques d’une bougie labellisée, vous serez néanmoins certain de ne pas y trouver de benzène ou formaldéhyde.
3. Faites vos bougies vous-même et achetez vos encens en grain.
4. Utilisez des charbons dit japonais (c’est à dire sans allumage automatique chimique) pour vos encens en grain.
5. Vérifiez les étiquettes, si ce sont des noms en anglais, et pas des noms latins pour les composés organiques de votre encens/bougie, c’est que le produit a été modifié chimiquement. Le nom latin représente le produit brut dans la réglementation. Et moins il y a d’ingrédients dans la liste, mieux c’est généralement.
6. Évitez d’inhaler directement la fumée de bougie/encens, sans toutefois laisser sans surveillance lors de la combustion.
7. OUVREZ VOS FENÊTRES.

Attention, remplacer les produits chimiques par des huiles essentielles parait peut être plus « sain » sur le papier, ça n’en reste pas moins forcément dangereux sur certaines huiles.
Avant tout mélange, par vous-même, vérifiez les températures de combustion de l’huile que vous désirez utiliser. Vérifiez aussi qu’elle ne contient pas de substance potentiellement allergène, que vous risquez de diffuser avec la bougie, le brûle parfum, ou ajouté à votre encens.
Oubliez les aérosols, ou fabriquez-les vous-même avec des produits de base (alcool + huiles essentielles que vous pouvez utiliser en vaporisation).
Ne négligez pas les contre-indications avec les enfants, les médicaments que vous prenez (chimio-biothérapie), les personnes fragiles (en particulier sur le plan respiratoire).

UFC Que Choisir vous propose un classement, réservé aux abonné(e)s, des encens les plus polluants.

Aujourd’hui, quelles perspectives ? Nouveau gouvernement, aucune garantie qu’il continue sur la lancée du précédent pour un plan de qualité de l’air. Donc aucune garantie non plus que votre encens préféré soit interdit en 2020 ou que votre bougie parfum licorne ne soit plus en vente. En attendant, c’est à vous consommateur de réfléchir à ce que vous souhaitez utiliser dans votre lieu de vie, pour gérer votre santé et de décider en connaissance de cause maintenant.

Magiquement vôtre, Isabelle