Récoltez vos plantes de purification

Le printemps s’épanouit enfin, plantes et fleurs renaissent du long hiver que nous venons de traverser et colorent les balcons et les plaines. Quelle meilleure occasion de de parler de récolte et de conservation des plantes destinées à la purification ou à toute autre pratique (magique ou thérapeutique).

En effet, si l’on préfère souvent acheter des plantes séchées pour les pratiques de purification, force est de constater que la période est propice à la récolte de bien des plantes qu’il nous est possible de trouver directement dans nos contrées.

Que vous ayez la chance de pouvoir cultiver vos propres plantes ou que vous soyez en mesure de les récolter en pleine nature, quelques règles s’imposent pour faire cela correctement.

Il faut tout d’abord savoir que certaines plantes sont protégées (soit au niveau local, soit régional, soit français), la récolte en est donc interdite. Le plus simple à ce sujet est de vous renseigner au préalable sur la législation locale.

récolte-plantes-purification-printemps-arnaud thuly-alliance magique-phytothérapie-plante-magie des plantes

Règle 1 :  Cueillir sans détruire

La règle numéro une, notamment pour les plantes cueillies en pleine nature : Ne cueillez jamais la totalité de ce que vous trouvez (ni les plantes isolées). Il est nécessaire de laisser sur place au minimum la moitié des plants, afin d’assurer la pérénité de l’espèce dans le lieu où vous la récoltez. En effet, il est toujours pratique, une fois que vous connaissez le coin, de laisser l’espèce survivre pour vous permettre d’en trouver de nouveau l’année suivante.
Evitez de déraciner une plante, sauf évidemment si vous souhaitez utiliser spécifiquement ses racines. Pour la purification, nous utilisons la plupart du temps les feuilles ou les fleurs, il est rare que les racines soient nécessaires.

Pour cueillir feuilles et fleurs, évitez d’utiliser un couteau en acier. Ce dernier, en plus d’avoir un impact énergétique fort, oxyde la plante et peut la blesser. Privilégiez les couteaux en céramique ou mieux, faites-le directement à la main. Pour cela, pincez entre vos ongles la tige reliant la feuille (ou la fleur) à la plante. Vous éviterez ainsi d’abîmer la plante.

Ne cueillez que quelques feuilles ou fleurs sur chaque plant (en fonction de sa taille). Vous favoriserez ainsi sa reproduction mais aussi sa repousse.

Règle 2 : Ne pas prendre de risque

Règle essentielle : n’utilisez jamais une plante que vous ne connaissez pas ou dont vous ne connaissez pas les propriétés. Evidemment, en purification externe cela ne pose guère de souci, mais si vous songiez à l’utiliser en usage interne (infusions par exemple), il est indispensable de ne pas vous tromper.

Pour éviter tout risque, apprenez à reconnaître les plantes toxiques. Des listes existent sur internet mais aussi dans les livres. Elles sont fort heureusement peu nombreuses. En ne vous limitant qu’aux plantes que vous connaissez et en connaissant les plantes dangereuses, vous devriez éviter tout souci.

Il est très important de trier votre cueillette à mesure que vous la faite. Evitez de mélanger les plantes pour les trier à la maison, si vous veniez à y mêler une toxique, vous pourriez contaminer toute votre récolte (ceci est également valable pour les champignons !).

Quand c’est possible, choisissez des plantes qui poussent loin des zones cultivées (pesticides), des routes passantes (métaux lourds et autres polluants) et, si vous souhaitez utiliser ces plantes en infusions, des lieux fréquentés par les animaux sauvages ou de compagnie (chiens, chats etc.) qui pourraient transmettre des parasites. En prévention, ne ramassez que des feuilles/fleurs/fruits situés à plus de 40 cm de hauteur. Vous devriez ainsi éviter la plupart des risques.

plantes-purification-mortier-printemps-arnaud thuly-alliance magique-phytothérapie-plante-magie des plantes

Règle 3 : Penser à la conservation

Pour assurer une bonne conservation des plantes, il convient de les récolter par temps sec. Il ne suffit pas qu’il fasse beau le jour de la récolte, il est important que les jours précédents aient également été beaux et secs. Des plantes mouillées et mises à sécher après récolte se conservent mal.

Vous pouvez récolter vos plantes en fonction des phases lunaires afin de maximiser la concentration en principes actifs. Privilégiez la lune montante pour la récolte des parties aériennes, et la lune descendante pour la récolte des parties souterraines.

Privilégiez les plantes jeunes si vous le pouvez. Leur concentration en principes actifs est plus élevée que celle des plantes adultes.

Pour stocker vos plantes pendant la récolte, privilégiez les sacs en papier ou en tissu. Bien que pratique à utiliser, évitez les sacs plastiques qui pourraient faire pourrir vos plantes.

Toujours dans un souci de maximiser les principes actifs, il existe des périodes plus propices pour récolter les différentes parties de chaque plante : les feuilles se récoltent avant que les boutons ne fleurissent, les bourgeons se récoltent dès leur apparition (souvent au début du printemps), les fleurs lorsqu’elles commencent à s’ouvrir, les fruits lorsqu’ils sont mûrs, et les graines lorsque les fruits commencent à être trop mûrs. Quant aux racines, elles peuvent être récoltées tout au long de l’année, mais mieux vaut privilégier le printemps et l’automne, avant les grandes chaleurs et les grands froids. Ces conseils visent à obtenir le meilleur, mais si vous avez déjà raté la période pour telle ou telle partie, pas d’inquiétude, vous pouvez malgré tout les récolter.

Comment les conserver ?

séchage-plantes-purification-printemps-arnaud thuly-alliance magique-phytothérapie-plante-magie des plantes

Tout d’abord, nettoyez vos plantes avec un chiffon sec. Ne mettez jamais d’eau et ne les rincez pas, vous pourriez les faire pourrir. (seule exception : pour les racines).

Idéalement, suspendez vos plantes (sinon étalez-les) dans un endroit bien ventilé, bien sec et protégé de la lumière afin d’éviter que les principes actifs ne s’abîment. N’ayez pas peur de laisser vos plantes sécher longuement, mieux vaut une plante parfaitement sèche qu’une plante qui contiendrait encore de l’humidité (au risque pour cette dernière de pourrir ou d’altérer vos mélanges, notamment si vous réalisez des macérats huileux).

Pour ce qui est de la conservation, il est important de préserver les plantes séchées de la lumière, qui finit souvent par altérer certains des principes actifs. Il est donc important de bien préserver ses plantes de la lumière et des UV, mais aussi de l’humidité. Pour cela, de nombreuses méthodes existent : Sac en papier kraft, poche en tissu, pot en grès ou en verre (teinté)…
On évitera les sachets plastiques transparents et, pire que tout, les boîtes en fer blanc qui ont des propriétés dispersives au niveau énergétique. Si vous comptez conserver vos plantes quelques semaines tout au plus avant de les utiliser, les conserver dans un papier kraft ou une poche en tissu conviendra parfaitement. Au-delà de quelques semaines, l’usage de pots en grès ou de bocaux en verre teinté (ou en céramique) surmontés de bouchons en liège pour laisser respirer sera beaucoup plus adapté.

De cette manière, il vous est possible de prolonger significativement la durée de vie et d’usage de vos plantes. Toutefois, évitez de les conserver plus d’un ou deux ans. Même si la plupart de leurs composants restent intacts de nombreuses années, ce n’est pas toujours le cas. Il serait dommage que le moment où vous en ayez vraiment besoin, les plantes à votre disposition ne fassent plus effet…

Bonne récolte et bonne purification !

Arnaud THULY

Pour en savoir plus sur les Plantes de purification : https://www.alliance-magique.com/magie-blanche/66-plantes-encens-de-purification-9782367360232.html

Commentaires Facebook